A propos du slam

Alors le slam c’est qui, alors le slam c’est quoi ?
Sans parler pour les autres, je dirais que pour moi 
Slamer, c’est embrasser la langue à pleine bouche
La tourner 7 fois pour faire mouche
Slamer, c’est donner d’ la voix pour trouver la sienne
Et pour choisir son sens, se faire metteur en sèmes
Slamer, c’est aiguiser sa plume pour déployer ses ailes
Surfer ses vagues à l’âme, creuser une mine de ciel
Slamer, c’est croiser l’ vers, c’est mettre ses pieds dans l’ plat
Et se battre pieds à pieds contre la langue de bois
Slamer, c’est s’embarquer pour que chacun s’exprime
Que chacun lève l’encre et qu’ensemble on s’arrime
Slamer, c’est… personnel, à chacun sa pratique
C’est de la parole libre, y a pas de profil type
Mais y a un point commun, chez ces mecs et ces filles
C’est qu’ de c’ monde et son cirque, ils sont les clowns utiles
Sautant du rire aux larmes, ils sont jongleurs d’idées
Ou se font funambules du fil de la pensée
Certains mettent un nez rouge pour exhorter leurs peurs
D’autres jouent d’ leurs couteaux-plumes en alertes lanceurs
Les fous, les intrépides deviennent dompteurs de mots
Les plus spectaculaires sont les cracheurs de flow
Mais tous ont en commun d’être un peu magiciens
Quelques éclats de vers et vois… l’image y tient
Ils mélangent sens et sons pour mieux faire sensation
Dispensant dans leurs rimes quelques salves de plombs
Car tous ces acharnés, armés d’encre et de voix
Pratiquent la poésie comme un sport de combat
Et s’il arrive parfois qu’ leurs mines soient agressives
Ce sont surtout des armes de dérision massive
Celles d’une drôle de troupe, plutôt hétéroclite
Loin des idées toutes faites, des clichés sans déclic
Et n’en déplaise à ceux qui se gaussent de nos proses
Écrire la vie en vers, rime bien à quelque chose !…

Sur ce, je laisse la place, faut qu’ la parole circule
Quand la scène se partage, les talents se cumulent…

© Lautre